AGIR POUR L’EMPLOI DES FEMMES DE PLUS DE 45 ANS

L’intervention de Françoise Holder – Présidente de l’Association Force Femmes

Françoise Holder expose les objectifs, l’organisation et les valeurs de Force Femmes s’adresse aux femmes de plus de 45 ans.

Elle rappelle qu’en France, les juniors et les seniors rencontrent de vraies difficultés pour trouver du travail, en particulier dans certains métiers comme le marketing et la communication.

Les femmes seniors apportent à l’entreprise des atouts précieux qui en font de véritables pépites que l’entreprise doit savoir attirer et conserver : elles sont compétentes, elles ont une capacité d’engagement et de disponibilité supérieure à beaucoup de personnes plus jeunes, elles ont un potentiel de réflexion, d’action et d’intéraction décuplé par l’expérience, le sens des urgences, la mesure des risques,

Or dans les faits, au contraire, elles subissent la « triple peine », d’être femme, âgée et du « mauvais coté du chemin »… Ces personnes sont pourtant de vraies « pépites »

Heureusement, rappelle Françoise Holder, il existe de nombreuses associations pour faire prendre conscience, susciter et favoriser le changement de mentalité et aider ces personnes à rebondir.

Force Femmes, fondée il y a maintenant 10 ans, dispose de 550 bénévoles, 10 salariées et possède 10 antennes en régions et à Paris.

A ces femmes en recherche, souvent en situation d’isolement ou de rejet, Force Femmes propose donc un accompagnement double, à la recherche d’emploi et à la création d’entreprise.

Prise en charge individuellement par un(e) bénévole professionnelle des ressources humaines, elle est ensuite aiguillée vers des ateliers répondant à ses besoins spécifiques (ateliers dédiés aux outils de recherche d’emploi, ateliers de remise en confiance, perfectionnement informatique… ).

Agir au sein des entreprises

Sophie Hollanders – Consultante Cabinet Diversity conseil

Sophie Hollanders expose :

L’âge : 1er critère de discrimination en recrutement
En 2012, 47,9 % des personnes âgées de 55 à 64 ans sont actives en France métropolitaine
Les femmes seniors de plus de 50 ans sont moins présentes sur le marché du travail : seulement 40 % d’entre elles travaillent, contre 49 % des hommes (INSEE 2010).

actions mises en place en entreprise, autour de cette question :

Sensibiliser et former les RH et les managers aux enjeux de la non-discrimination dans le recrutement, la formation et la gestion des carrières,
Communiquer auprès de l’ensemble des collaborateurs sur l’engagement de l’entreprise,
Sensibiliser sur les stéréotypes associés aux seniors et aux femmes,
Centrer les processus et outils internes sur les critères objectifs de recrutement et d’évolution professionnelle : compétences, expérience et motivation, à l’exclusion de tout autre critère,

Partager sur les enjeux internes ( motivation, fidélisation, maintien des compétences …. ) et externes ( engagements RSE, cibler tous les clients, image …),
S’engager, par des accords collectifs avec les partenaires sociaux, sur l’emploi des seniors, avec des objectifs quantitatifs (objectif chiffré sur le recrutement des plus de 50 ans ou le maintien dans l’emploi des plus de 55 ans) et qualitatifs,

Favoriser la coopération intergénérationnelle,
Oser miser sur les atouts des seniors !

Grand Optical « enfonce le clou » en introduisant l’atout de la séniorité dans son programme de communication et marketing mais également dans sa politique RH et communication interne.

La Banque de France déploie deux accords d’entreprise

Intervention de Pierre Gras – GRH BDF

En 2013, l’Accord d’entreprise intergénérationnel pose des engagements de non-discrimination dans le recrutement, les évolutions de carrière et dans l’accès à la formation professionnelle.

L’accord fixe des recommandations aux différents acteurs RH et aux opérationnels en charge du recrutement,

Il crée différents indicateurs pour suivre la tenue des engagements (nombre de postulants de + de 45 ans et nombre de postulants de + de 45 ans retenus ou taux d’accès à la formation par tranche d’âge).

Il organise également une transmission des savoirs et des compétences par le développement du tutorat et du mécénat de compétences (5 jours par an).

En 2014, l’Accord d’entreprise sur l’égalité professionnelle crée un observatoire de l’égalité professionnelle chargé de veiller au respect des engagements et nomme un Responsable de l’égalité professionnelle.

Il fixe également un protocole de recrutement pour garantir un principe de mixité, ainsi qu’un objectif d’absence d’écart de rémunération à situation professionnelle équivalente (part fixe et variable des rémunérations).

Il propose enfin des indicateurs de suivi (recrutement et présence des femmes dans des postes à responsabilité).

Enfin, le Groupe Banque de France a élaboré, depuis 2010, des programmes de formation professionnelle dans le but de sensibiliser à la prévention des discriminations l’ensemble des salariés (« Être acteur de la diversité pour mieux vivre et travailler ensemble », « La diversité, un vecteur d’innovation et de progrès »), mais également plus spécifiquement, pour les différents acteurs de l’entreprise impliqués dans le recrutement (« La diversité, nouvel axe de compétence » pour les RH et « La diversité, nouvel atout managérial » pour les managers).

Témoignage sur le vif :

Martine Carlier, cadre de la fonction marketinf, accompagnée par Force Femmes

Martine Carlier explique comment, de mini déceptions en projets reportés, une professionnelle évaluée récemment comme excellente peut perdre toute confiance et toute estime de soi au point de devenir incapable de rebondir correctement en situation de mobilité.

Elle révèle que la qualité de l’accompagnement dont elle a bénéficié lui a redonné le goût des projets et de l’engagement. L’a « reboostée » et sortie de son isolement.

Elle insiste sur le fait d’avoir été particulièrement rassurée d’avoir en face d’elle un professionnel des RH, recruteur professionnel, qui était là pour l’aiguiller et l’épauler.

L’action des bénévoles chez Force Femmes, comment ça marche ?

Sophie Hollanders, Pierre Gras et Elise Moisson, Déléguée générale Force Femmes

Sophie Hollanders et Pierre Gras présentent leurs actions

accompagnement individuel, par des rendez-vous mensuels, ou collectif (animation d’ateliers).

L’objectif primordial : redonner confiance et capacité pour les accompagnées à savoir élargir le champ de leurs possibilités.

Elise Moisson décrit les Programmes intensifs (2/3 jours pas semaines sur 3 mois) en recherche d‘emploi ou création d’entreprise, de la phase de construction de projet jusqu’à la phase finale de réalisation.

Elle indique que l’association propose également des actions de sensibilisation dans les entreprises (par exemple, l’intergénérationnel en entreprises…) et collecte auprès de celles-ci des offres d’emploi filtrées et ciblées, transmises aux femmes accompagnées par l’association (205 offres en 2014).

Effet RH Café : deux participants, cadres dirigeants en fonction, proposent leur candidature pour l’action bénévole au sein de Force Femmes… avant même d’avoir goûté l’excellent Foie gras du désormais rituel cocktail de clôture.